Heart's Mechanic

V. 2 ( feat. Julian, Malcolm, Deirdre, Joshua & Evan)


    Détente refroidissante [libre]

    Partagez
    avatar
    Ennis H. Neil
    >> Australian Boy

    Masculin Nombre de messages : 69
    Age : 28
    [ Humeur ] : Far from everything I know ...
    [ Phrase Perso ] : It's better to be hated for what you are than to be loved for you're not.
    [>> Topics En Cours] : ~> Détente refroidissante (Malcolm)
    ~> Cours de philo (Zack)

    Date d'inscription : 25/05/2008

    And Who Are You?
    Relations:
    Catégorie: Edimbourg’s Elite
    Topics: Open =)

    Détente refroidissante [libre]

    Message par Ennis H. Neil le Dim 25 Mai - 23:33

      Ennis venait de sortir de cours. Des formules magiques d'économie se baladaient encore dans son esprit alors qu'il se baladait dans les couloirs, cherchant plus ou moins consciemment la sortie. Il n'était pas vraiment pressé de quitter l'université, comparé surement à tout le reste des étudiants. Il avait beau travailler, donner toujours son maximum pour arriver à ses fins professionnelles, il n'était pas un "intello" pour autant. Et pourtant, il aimait toujours trainer sur un campus. Pourquoi ? Pour les conversations, les ragots qui allaient bon train, entendre les rires de ses camarades, voir les visages qu'il connaissait et en croiser de nouveau, écouter avec attention l'accent écossais que tous avaient, alors que lui parlait toujours avec son accent Australien de toujours. Il aimait cette excitation qu'il retrouvait sur les campus. Ca, à Edimbourg ou à Sydney, c'était la même chose, c'était une langue internationale. Voilà pourquoi il avait trainé jusqu'à la porte d'entre principale avant de s'assoir sur un vieux banc, dans le parc.

      Il avait son sac en bandoulière, une de ses vestes chic sur le dos et ses chères Converse aux pieds. Il avait regardé comment les autres s'habillaient, ici. La mode n'était pas la même en Australie. Enfin, il fallait dire que le temps n'y était pas pour rien. Ici, les gens commençaient à se vêtir de manteaux un minimum épais pour affronter l'automne qui s'installait bien sur la ville. Lui ne s'y habituait pas. La froideur des matins, la nuit qui tombait trop tôt ... Lui était habitué aux longues journées ensoleillées et chaudes. Chez lui, dans son pays natal, Noël se fêtait sous le soleil, assis sur la terasse. En gros, pour lui, ici, c'était pôle nord. Devoir mettre une veste aussi épaisse à cette époque lui était lourd, il avait l'impression d'être enfermée dans une peau qui n'était pas la sienne. Pourtant, il devait bien être le seul à s'en soucier.Enfin, évidemment, quelque part dans la ville, son frère ou ses parents devaient aussi se souvenirs de l'air chaud du sud du globe... Il posa enfin son sac près de lui, sur le banc, et regarda les gens passer. Des filles qui gloussaient en parlant d'on ne savait trop quoi, surement de fringues ou de mecs. Des mecs qui se donnaient des claques dans le dos. Un couple qui passa, la main dans la main ... Ennis pensa à Isabel et détourna le regard. Il ne connaissait presque personne dans cette nouvelle université, et ça commençait à lui peser. Pourtant, il aimait parler aux gens, il se montrait sur de lui un minimum, sans paraitre prétencieux pour autant. Juste un mec normal, quoi que peut-être trop ambitieux. Il aimait aller vers mes gens, et avai déja adressé la parole à pas mal de ses camarades de cours. Ils ne semblaient pas le détester, petu-être qu'il dérangeait juste un ordre déja établi dans les promos durant les années précédentes...

      Il sourit à quelques collègues de cours qui passaient en lui adressant un sourire, et continua de regarder les gens passer, repasser, parler. Il aimait bien ce brouhaha, cette agitation perpétuelle de la jeunesse écossaise. Il pensait à l'Australie. Elle avait beau lui manquer, Jack et Isabel lui manquaient aussi comme jamais, mais il commençait à se faire à Edimbourg, même si pour lui, c'était un autre monde, comme dans un film...
    avatar
    Malcolm Reeser
    Chocolate Milkshake

    Masculin Nombre de messages : 61
    [ Humeur ] : Onctueuse
    [>> Topics En Cours] : Détente refroidissante (avec Ennis)
    Date d'inscription : 07/06/2008

    Re: Détente refroidissante [libre]

    Message par Malcolm Reeser le Mer 11 Juin - 0:53

    Malcolm venait de sortir d'un cours de mathématiques, ces cours étaient bien loin d'être ceux qu'il aimait le plus. C'était peut-être les seuls qui avaient un effet soporifique sur lui. Alors bien sûr, à la sortie, il avait un peu de mal à se réveiller et à bien s'orienter (bon c'était peut-être aussi parce qu'il n'était toujours pas habitué à la morphologie des lieux, c'était bien plus grand que la villa de Julian.)
    Il fallait donc qu'il reprenne un peu ses esprits. L'air frais de l'extérieur l'aiderait certainement à sortir de sa torpeur.

    Par une suite de virages, de couloirs, de visages inconnus qui l'observaient parfois comme une bête curieuse, Malcolm finit par sortir du bâtiment. Ô joie, ô belle nature ! Voilà qui allait l'inspirer pour ses dessins.
    Depuis qu'il était arrivé à l'université, il avait récolté plein d'inspiration pour guider son crayon.
    Une fois sorti, il chercha du regard un endroit tranquille. Il y avait du monde un peu partout, en bande en plus. Et vu qu'il n'était pas encore habitué à être au milieu de plein de gens inconnus au regards pas toujours sympathiques, il voulait rester un peu seul mais c'était dur. Il y avait certes de la place dans l'herbe... mais... Bon, elle était un peu humide, pas le pied pour dessiner. Il vit un banc avec assez de place. Il n’y avait qu’un jeune homme assis dessus, l’individu semblait observer les alentours avec un air assez serein. Cela rappela un peu à Malcolm la façon dont lui et les autres Mechanicals observaient les gens, mais à défaut d’avoir une expression un peu perdue ou émerveillée sur le visage, celui-ci semblait plus à l’aise voire heureux.
    Pensant qu’il n’y avait probablement pas de meilleur endroit dans les environs immédiats pour dessiner, Malcolm s’approcha du jeune homme.


    - Bonjour.

    Ce mot tout simple, Malcolm ne l’accompagna d’aucun autre. Il ne connaissait pas ce garçon et n’était pas encore habitué à prendre contact avec les gens. Mais il savait que dire bonjour était très important, Julian lui avait apprit les bases de la politesses. Et même si depuis son arrivée sur le campus, il avait remarqué que certains ne s’embêtaient plus de telles formalités, Malcolm mettait un point d’honneur à suivre les préceptes que son père adoptif lui avait apprit.
    Ensuite, sans autre expression, mis à part un sourire sincère, poli et joyeux, Chocolate Milkshake s’assit sur le banc, pas trop prés de l’inconnu, sans penser qu'il pouvait offenser avec une telle action; après tout, ces bancs n‘appartenaient à toute l'université. Puis il posa son sac sur ses genoux et en sortit un bloc note et un crayon. Il commença alors à dessiner… Son inspiration avait un besoin urgent de s’exprimer. A peine avait-il commencé qu'une pensée le percuta. Alors, en levant la tête de temps en temps vers l’étudiant assis à côté de lui, il lui demanda:


    - Heu… Je finis ce dessin et je m’en vais, je ne veux pas déranger…

    Le jeune homme craignait un peu d'offenser avec ses manières sûrement maladroites. Il était conscient de sa maladresse mais ne savait pas vraiment quel comportement adopter. Il était en pleine "crise d'artiste" et il fallait qu'il dessine, sinon son esprit ne pourrait penser à rien d'autre.
    En revanche, pendant qu'il dessinait, il pouvait trés bien faire d'autres choses, comme parler par exemple et même apprendre.
    avatar
    Ennis H. Neil
    >> Australian Boy

    Masculin Nombre de messages : 69
    Age : 28
    [ Humeur ] : Far from everything I know ...
    [ Phrase Perso ] : It's better to be hated for what you are than to be loved for you're not.
    [>> Topics En Cours] : ~> Détente refroidissante (Malcolm)
    ~> Cours de philo (Zack)

    Date d'inscription : 25/05/2008

    And Who Are You?
    Relations:
    Catégorie: Edimbourg’s Elite
    Topics: Open =)

    Re: Détente refroidissante [libre]

    Message par Ennis H. Neil le Mer 11 Juin - 20:18

      Ennis regardait toujours les gens passer. Il admirait leur façon naturelle de vivre dans ce pays pourtant froid et en apparence peu amical comparé au chez-soi du jeune homme, autant qu'il ait leur façon de vivre, de parler inocamment, parce que ça, c'était bien un comportement que tous les jeunes gens comme eux avaient. Le genre de jeunes gens ambitieux, parfois arrogants, ceux qui avaient souvent la chance d'être né dans une bonne famille, doté d'assez d'argent pour leur donner les meilleures conditions financières de vie possibles. Mais comme partout, il y avait le revers de ces bons côtés : il avait remarqué que pas mal d'entre eux avaient trop de libertés, liées à une absence parentale importante. Ce côté là des universitaires ne lui étaient pas complètement inconnu non plus, il fallait bien l'avouer. Ses parents non plus n'étaient pas souvent là pour l'encourager ou l'aider à prendre des décisions. Mais lui avait la présence d'esprit de travailler pour lui-même quand-même, au lieu de compter sur la fortune de ses parents. Bien sur que lui aussi aurait une fortune, comme eux, pour être digne d'être leur fils. Mais pout être digne d'eux, il devait au moins autant travailler qu'eux pour obtenir cet argent. Voilà pourquoi il travaillait. Il voulait réussir par ses propres moyens, et il y arriverait, parce que pour parvenir à ses fins, il mettait toutes les chances de son côté. Pas comme d'autres qu'il croisait parfois dans les couloirs en train de glousser ou de s'insulter à longueur de temps...

      Plongé dans ses pensées, il ne remarqua pas tout de suite la présence de cet autre étudiant. Il fallut attendre que l'autre jeune homme lui dise bonjour pour qu'il tourne la tête vers lui et comprenne même qu'on lui adressait en ce moment même la parole. Dans ce pays, c'était un peu comme s'il devait tout réapprendre. Il n'avait pas trouvé d'ami fidèle, avec qui partager ce qu'il partageait avec ses meilleurs amis en Australie. Ses amis, il les avait toujours eu depuis tout petit, du moins sesd meilleurs. Il ne savait pas vraiment faire comment recréer des liens aussi forts. Et pourtant, il était sur de lui et parlait dès qu'il le pouvait, même avec des inconnus. Voilà pourquoi il répondit un "bonjour" joyeux et amical avec un sourire radieux. Lorsque l'inconnu lui parla de dessin, il baissa la tête sur ce dernier. Il dessinait! Un artiste! Bien sur qu'il ne le dérangeait pas! Les artiste étaient tellement de belles personnes! Peut-être avait-il enfin rencontré son premier vrai ami d'Edimbourg ?

      "Oh, tu me déranges pas loin de là! Je suis nouveau ici, alors toute nouvelle connaissance est bonne à prendre! En plus, s'il s'agit d'un artiste, je suis pas contre ..."fit-il avec un sourire complice.

      Ennis n'était pas vraiment artiste dans l'âme. Il était quelqu'un de rationnel, qui faisait ce qu'il fallait quand il le fallait. Mais malgrès tout, il admirait ceux qui consacraient leur energie à s'exprimer par la musique, la peinture ou le dessin.

      "Tu as un beau coup de crayon!". Peut-être pouvait-il lui aussi paraitre impoli car il s'était penché sur le banc pour voir mieux le dessin d'une jeune homme qu'il ne connaissait même pas. Mais Ennis était quelqu'un de curieux, sociable et bavard, même avec les gens qu'il ne connaissait pas. Si cet inconnu ne voulait pas de lui comme ami, il le lui ferait bien comprendre, non ? Et puis, de toute façon, ça n'était pas arrivé bien souvent dans le sens là, il fallait bien l'avouer ...
    avatar
    Malcolm Reeser
    Chocolate Milkshake

    Masculin Nombre de messages : 61
    [ Humeur ] : Onctueuse
    [>> Topics En Cours] : Détente refroidissante (avec Ennis)
    Date d'inscription : 07/06/2008

    Re: Détente refroidissante [libre]

    Message par Malcolm Reeser le Mer 11 Juin - 23:26

    Malcolm savait exactement quoi dessiner. Il avait une image trés nette dans la tête... En fait, il avait juste prit plusieures images et les avait mélangées pour en créer une unique et originale. Déja, il avait reproduit une partie du parc du campus, on pouvait y reconnaître un arbre rien qu'à sa forme particulière.
    Pourquoi il voulait mettre de la nature dans ce dessin ? Il ne le savait pas, certes, si il se donnait la peine de se soumettre à une analyse psychologique, il devinerait peut-être que, dans ce monde un peu agressif mais surtout inconnu, la nature, l'herbe et les arbres lui rapellaient un peu tout ce qu'il connaissait et qui le mettait en confiance, comme dans le parc de la villa...
    Mais il n'avait pas vraiment le temps de réfléchir à cela, déjà il dessinait et accordait une part d'attention à son voisin de banc qui se révéla être un nouveau lui aussi. Cette nouvelle lui apporta un peu de baume au coeur, il leva son regard sur le jeune homme et lui lança un sourire ravi qu'il accompagna d'une voix enjouée:


    - Ca tombe vraiment bien je suis nouveau moi aussi. Je suis arrivé il y a peu de temps à l'université.

    Le jeune mechanical était vraiment ravi d'avoir rencontré quelqun qui semblait aussi prompt à lui parler et qui avait l'air à peu prés aussi enthousiaste que lui. En plus, il semblait s'intéressait à l'art. Ou au moins il respectait les artistes. Malcolm était honoré qu'on le considère comme tel, mis à part un ou deux profs, peu de personnes à la fac n'avait prit ses capacités à dessiner en considération. Ce n'était pas comme si Malcolm les trouvait extraordinnaires, mais Julian a toujours été assez fier de ses talents et de ses dessins alors lui aussi avait commencé à être fier de ce qu'il faisait. Mais rien ne valait le sentiment d'avoir touché une autre personne avec un dessin qu'il avait fait le rendait toujours euphorique.
    Il espérait alors que dans ce cas-ci, son "oeuvre" touchera ce voisin de banc. C'était décidé, ce dessin serait en l'honneur de cette rencontre qui venait juste de commencer. En même temps, son inspiration venait tout juste de recevoir une nouvelle et inédite pillule énergétique. Chocolate Milkshake était condamné à dessiner ce que sa muse lui dictait. Mais c'était une obligation qu'il portait avec joie... Car il était rarement déçu lui-même.
    Tout en continuant son dessin, il jeta des coups d'oeil à l'étudiant qu'il ne connaissait pas encore.


    - C'est gentil de me qualifier d'artiste. Mais tu peux m'appeler Malcolm, si tu préfères.

    Tout en modestie et en reconnaissance, il n'en attendait pas moins le prénom de son fan potentiel. En tout cas, il semblait assez curieux car il essayait de voir ce que Malcolm dessinait. Pas sauvage, le jeune homme mécannique se mit en tailleur de manière à être tourné vers son interlocuteur et à lui permettre de voir facilement ce qu'il dessinait... mais à l'envers. Et oui, il fallait tout de même qu'il puisse dessiner.
    Puis, il entendit que son coup de crayon n'était pas mauvais. Le teint de Malcolm vira légèrement au brun, et oui c'était comme cela qu'il rougissait le Milkshake. Pour essayer ne pas trop paraître bizarre avec cette réaction physique particulière, il baissa la tête vers son dessin tout en souriant jusqu'aux oreilles. Un sourire qu'Ennis pouvait observer. Toujours en gardant la tête baissée, Malcolm marmona un faible mais néanmoins audible "merci".
    Puis, afin de cacher un peu sa gène et sa particularité, il continua de fixer son dessin en cours tout en demanda d'une voix sincèrement intéressée:


    - Est-ce que tu dessines toi aussi ?

    Malcolm savait bien que tout le monde ne dessinait pas, déjà, parmi les autres Mechanicals, peu d'entre eux partagaient sa passion à son niveau. Cela lui ferait réellement plaisir d'en parler avec des personnes qu'il ne connaissait pas. et puis, c'était aussi pour continuer la conversation sans pour autant changer trop radicalement de sujet...
    avatar
    Ennis H. Neil
    >> Australian Boy

    Masculin Nombre de messages : 69
    Age : 28
    [ Humeur ] : Far from everything I know ...
    [ Phrase Perso ] : It's better to be hated for what you are than to be loved for you're not.
    [>> Topics En Cours] : ~> Détente refroidissante (Malcolm)
    ~> Cours de philo (Zack)

    Date d'inscription : 25/05/2008

    And Who Are You?
    Relations:
    Catégorie: Edimbourg’s Elite
    Topics: Open =)

    Re: Détente refroidissante [libre]

    Message par Ennis H. Neil le Jeu 12 Juin - 23:06

      Ennis avait toujours ce petit air curieux de l'étranger-type, celui qui venait de débarquer dans un environnement différent de celui où il avait passé le plus clair de son existence. Mais il ne regardait plus le passage d'inconnus, il ne guettait plus les vas-et-viens de centaines d'étudiants qu'ils connaissaient, de vue ou à qui il avait parlé, où à qui il n'avait jamais adressé la parole et dont il n'avait d'ailleurs jamais vu le visage auparavant. Non. Il avait trouvé quelqu'un. Quelqu'un à qui parler, avec qui partager. Partager quoi ? Il ne savait pas exactement, à part peut-être l'art, parce qu'il ne le connaissait. Un ami ? Il l'espérait. En tout cas, Ennis, avec son gout de connaitre de nouvelles personnes, était plutôt à l'aise, et heureux de trouver quelqu'un à qui parler, au lieu de finir la journée à penser, à remuer ses souvenirs et ses espoirs dans son petit esprit déja malmené par l'inconnu qui se délivrait à lui et par la sureté de son chez lui qui se dérobait sous ses pieds.

      Sur ce banc, peut-être avait-il rencontré son premier vrai ami d'Ecosse. Il avait déja parlé à pas mal de monde ici, parce qu'il aimait parler aux gens, de tout et de rien, blaguer, se faire des potes. Mais souvent, des potes restaient des potes. Avec qui il pouvait parler de temps en temps des examens, débattre des pronostics sur les notes, rigoler à quelques pauses ensemble sur la façon de se fringuer de la prof d'économie. Mais des vrais amis, ceux à qui il pouvait se confier, ceux en qui il pouvait avoir confiance quoi qu'il advienne dans l'avenir, ceux qui pouvaient le rassurer, ceux que lui pouvait aider, ceux avec qui il passait l'essentiel de son temps, sans tabous, ils se comptaient sur les doigts d'une main, et ici, à Edimbourg, ils ne se comptaient encore pas du tout. Et le problème était là. Bien sûr, il y avait ce frère qu'il avait réappris à connaitre après ce déménagement, son frère auprès de qui il avait trouvé un frère qui l'était plus que par les simples liens du sang. Mais dans ces élèves de l'université, il n'avait encore trouvé personne. Et là, il semblait avoir trouvé quelqu'un. De bien. Parce que sensible. Parce qu'un artiste. Il aimait les artistes, pour leur sincérité dans ce qu'ils faisaient. On ne pouvait pas mentir avec l'art. Et puis parce qu'ils étaient différents de tous ces stéréotypes de la jeunesse actuelle. Voilà pourquoi il affichait un sourire radieux, toujours assis sur ce fameux banc, qui peut-être voyait le début d'une amitié naitre sur ses planches de bois.

      "Ca fait du bien d'entendre ça, je me sentait un peu seul!"

      Evidemment, il ne savait pas pourquoi Malcolm était nouveau. Ca n'était pas pour les mêmes raisons que lui, loin de là, mais ça, il ne le savait pas. Aussi, curieux comem il était, il posa la question peut-être redoutée par son interlocuteur :

      "Tu as déménagé ? Tu viens d'où ?"

      Il regarda à nouveau le dessin de ... Malcolm. Il s'appellait Malcolm. Malcolm, l'artiste. Malcolm, le mec du banc. Malcolm, le nouveau.

      "Malcolm l'artiste, c'est bien non ? "

      Puis il réfléchit à la question de Malcolm. S'il dessinait ? Oh, oui, comme tout le monde, de temps en temps, lorsqu'il téléphonait et que la conversation était si passionante qu'il ne trouvait rien de mieux à faire que d'esquisser quelques spirales sur un petit morceau de papier, ou des étoiles. Ou en cours, parfois, quoi que lui voulait tellement donner le meilleur de lui-même, que lorsqu'il sortait un stylo ou un crayon en cours, c'était plutôt pour l'option "prendre des notes". Il était quelqu'un de trop rationnel pour penser à dessiner et à s'exprimer dans des coups de crayon.

      "Non, je dessine pas. Mais j'aime beaucoup l'art, sous toutes ses formes. Parce que c'est tellement sincère! J'aimerai pouvoir dire que je dessine, mais ce n'est pas le cas. Mais ça me dérange pas. J'aime voir des gens se passionner pour ça! Ca fait longtemps que tu dessines ?"
    avatar
    Malcolm Reeser
    Chocolate Milkshake

    Masculin Nombre de messages : 61
    [ Humeur ] : Onctueuse
    [>> Topics En Cours] : Détente refroidissante (avec Ennis)
    Date d'inscription : 07/06/2008

    Re: Détente refroidissante [libre]

    Message par Malcolm Reeser le Ven 13 Juin - 14:00

    Le dessin de Malcolm continua à prendre forme. L’arbre était terminé et on le reconnaissait clairement. Là, il commença à faire apparaître l’herbe et un banc. Un banc familier. Pourquoi dessinait-il cela ? Malcolm n’en avait encore aucune idée fixe. Ce qu’il savait, en revanche, c’était que ce dessin allait représenter son état mental actuel et qu’il l’aiderait certainement à se sentir mieux dans ce tout nouvel environnement.
    En tout cas, là il se sentait assez bien, même à l’aise. A dessiner tout en apprenant à connaître une de ces fameuses « personnes de l’extérieur » qui avaient toujours un peu fasciné Chocolate Milkshake. Certes, il avait un peu peur que l’on découvre qu’il est différent d’un point de vue physique, car il savait bien que les différences de ce type étaient la base de la discrimination et de l’exclusion. Mais après tout, il n’y avait pas trop de raison de s’inquiéter. Il fallait juste qu’il évite de trop rougir et surtout de ne pas saigner. Bon, cette deuxième condition était impossible à contrôler, mais à éviter, un peu moins. Il n’avait pas la particularité mécanique la plus discrète, mais il n’avait pas non plus la plus évidente. Donc il pouvait rester relativement insouciant de ce côté-là et se concentrer sur cette nouvelle connaissance.
    Il apprit ainsi que lui aussi était nouveau à l’université. Cela intrigua un peu Malcolm qui, curieux comme tout, ne se retînt pas pour poser quelques questions avec cet air enthousiaste propre à tous les « patients » de Julian.


    - A oui ? Et tu viens d’où ?

    Qui sait ? Peut-être que ce jeune homme venait d’une autre ville, d’un autre pays voire même d’un autre continent. Quoi de mieux pour en apprendre plus sur le reste du globe ? Sur ce qui se passait ailleurs, et à quoi cela ressemblait.
    Étrangement, son enthousiasme était partagé, de même que sa curiosité vis-à-vis de l’autre. Car une question similaire lui parvint rapidement aux oreilles. Ne voyant absolument pas pourquoi il devrait caché une telle information, Malcolm lui répondit de manière franche:


    - En fait j’ai toujours vécu à Édimbourg, c’est juste que jusqu’à une date récente, j’étudiais chez moi.

    « Chez moi »… Comment pouvait-il qualifier autrement la maison de Julian? Cette magnifique maison dans laquelle il avait grandit, rit et apprit. Cette maison où il a rencontré tous les autres qui l’ont rendu si heureux et où il reçu la définition la plus fidèle et la plus originale à la fois du mot famille. A un tel point que Malcolm ne pouvait remettre en question ce fait: c’était chez lui. Sa villa, celle que Julian leur a offert à partager à chacun d’entre eux.
    Tout un raisonnement que Malcolm n’avait jamais consciemment produit et qui, de ce fait, ne l’empêcha pas de continuer la discussion sur ce banc tout en mettant sur feuille un personnage assis sur le banc.
    Un autre large sourire arriva sur ses lèvres suite à la proposition du nom « Malcolm l’artiste ». Il se retînt de rougir et lança un regard amusé à son interlocuteur tout en répondant:


    - C’est d’accord, mais seulement si j’ai un nom à afficher sur ton visage.

    Là, il ne pouvait pas être plus direct pour demander à cette aimable personne son nom.
    Alors que le Mechanical attendit sa réponse, il continua paisiblement son dessin, sans s’arrêter de lever le regard pour observer le comportement de son interlocuteur. La manière dont il se tenait, dont il réfléchissait, dont il parlait et même dont il regardait les autres. Tous ces détails nécessaires aux yeux d’un « artiste » pour essayer d’en apprendre plus sur les autres.
    Au final, la réponse de l’étudiant, bien que négative, resta très positive dans sa forme. Une chose qui amusa un peu Malcolm, mais il n’y fit rien paraître. En fait, le jeune homme respectait l’art même si il ne le pratiquait pas particulièrement. Ce n’était pas grave aux yeux de Malcolm mais ce n’en était pas moins important. Après tout, si il n’y avait plus personne pour respecter ni aimer l’art, celui-ci perdrait un part importante de son intérêt. Non pas que Malcolm dessine avant tout pour les autres, mais le plaisir qu’il ressentait en montrant ses œuvres était indescriptible.
    A la fin de son explication, le jeune homme lui demanda depuis combien de temps Malcolm dessinait. Celui-ci stoppa alors les mouvement de son crayon, le posa sur la feuille et leva la tête pour regarder en l’air et réfléchir à sa réponse…


    - Depuis que mon père m’a adopté je crois. J’avais sept ans.

    Il repensa avec nostalgie à la première fois qu’il était arrivé à la villa. Cette tornade de sentiments qui l’avait envahit à la vue de cette maison haute en couleurs. Il se souvînt que c’était la nuit de son arrivé, alors que les papillons de bonheur venait d’éclore dans son ventre, qu’il avait fait son premier dessin et qu’il l’avait regardé jusqu’à ce qu’il s’endorme.
    avatar
    Ennis H. Neil
    >> Australian Boy

    Masculin Nombre de messages : 69
    Age : 28
    [ Humeur ] : Far from everything I know ...
    [ Phrase Perso ] : It's better to be hated for what you are than to be loved for you're not.
    [>> Topics En Cours] : ~> Détente refroidissante (Malcolm)
    ~> Cours de philo (Zack)

    Date d'inscription : 25/05/2008

    And Who Are You?
    Relations:
    Catégorie: Edimbourg’s Elite
    Topics: Open =)

    Re: Détente refroidissante [libre]

    Message par Ennis H. Neil le Ven 13 Juin - 20:26

      Ennis observait toujours son compatriote de banc, qui continuait de dessiner avec talent, ses traits fins commençant à donner vie à ses représentations graphiques qui s'étalaient sur le papier blanc comme la neige. Il était fasciné par les mains de Malcolm. Elles étaient normales, tout ce qu'il y a de plus banal. Normales, quoi. Mais il y avait ce quelque chose encré en elles, qui faisait qu'elles étaient capable de faire de Malcolm un artiste, un dessinateur talentueux capable de faire passer des émotions, des espoirs ou des deceptions dans de ce qu'on aurait pu trouver être de banaux traits de crayon de papier... Decidemment, il aimait les artistes et leur façon de voir la vie, d'avoir une curiosité plus développée que d'autres gens de leur âge. Il suffisait d'observer les quelques cas qui se baladaient autour d'eux pour s'apercevoir que Malcolm était tout à fait différent d'eux. Il l'était d'ailleurs plus que ce qu'Ennis pensait, mais il n'était censé le savoir, et jamais il ne poserait des questions à ce sujet, parce que déja, comment pouvait-il se demander si son sang pouvait avoir quelque chose de chocolaté, et aussi, si Malcolm ne lui disait rien, c'est qu'il avait ses raisons, et il les respectait. Car même si l'Australien était quelque de bavard, peut-être curieux aussi, qui aimait le contact et était tout le temps à l'aise avec des gens qu'il ne connaissait pas, il n'était pas non plus du genre à mettre les pieds dans le plat -du moins, il l'espérait.

      "Je viens d'Australie ! Oui, ça fait loin, mais j'aime bien voir du pays ..."

      Et c'était bien sur le cas. Car sinon comment supporterait-il ce vent froid, la nuit qui tombait de plus en plus tôt sur ce continent, et cet accent écossais qu'il trouvait à son arrivée insupportable ? D'ailleurs, lui avait toujours du mal à laisser tomber l'accent du bout du monde qu'il connaissait depuis tout petit. ET d'ailleurs, il se faisait parfois remarquer à cause de ça. Autant parfois, il lui arrivait de pouvoir s'en débarasser le temps d'une conversation, autant à d'autres moments, il lui était insupportable de changer de façon de parler pour plaire aux habitants d'Edimbourg. Surtout que ça ne devait pas changer grand chose dans leur façon de leur regarder. On l'aimait ou on ne l'aimait pas pour son comportement, pour ce qu'il aimait ou n'aimait pas, mais surement pas à cause de son accent! Surtout qu'il n'était pas vulgaire ... Parler avec son accent Australien était particulier, peut-être dérangeant pour certains, mais il n'y avait rien de malsain ... Du moins, il osait espérer que la plupart des étudiants étaient d'accord avec cette affirmation ...

      "Je ferai tout pour avoir le droit de t'appeler comme ça! Même dire mon nom ... Je m'apelle Ennis"répondit-il avec toujours ce même sourire caractéristique de son visage lorsqu'il était en compagnie de quelqu'un. Sa bonne humeur était de retour. Il s'était fait à cette ville, et avait rencontré un mec bien. Que demande le peuple ?

      Il continuait de regarder les mains de son nouvel ami parcourir la feuille à l'aide de son crayon, à inspecter ce qu'il représentant : leur rencontre. A ce moment précis, il eu envie de dire qu'il était heureux comme jamais d'avoir trouvé quelqu'un comme Malcolm, parce que leur rencontre semblait aussi compter pour lui, mais il se retint, on ne savait jamais. Il était quelqu'un de sincère, mais n'avait pas forcément besoin de mots pour s'exprimer. Son sourire en disait déja suffisamment long.

      "Ah tu as été adopté ...? Désolé, je le savais pas ..."

      Il n'avait encore jamais rencontré d'orphelin ou d'enfant adopté, même si des ados qui ne voyait pas souvent leurs parents à cause de leur travail, il en avait toujours connu, aussi ne sût-il pas tout de suite comment réagir. Il voulait choisir la carte de l'humour, comme d'habitude, mais ne le fit pas, par respect pour Malcolm. On ne rigolait pas avec les choses-là, et il lui fit juste un sourire pour exprimer ce qu'il n'arrivait pas à dire avec des mots. Enfin, les mots, il aurait pu les dire. Mais peut-être aurait-il eu l'air bête, à s'excuser encore et toujours, à lui dire que personne ne mérite de ne plus avoir de parents, etc ... et puis surtout, il ne voulait pas faire paraitre qu'il éprouvait une quelconque pitié pour lui. Donc il ne s'éternisa pas sur le sujet. Ca ne changeait rien qu'il soit adopté. C'était quelqu'un de bien, et ça suffisait à Ennis.

      "Donc tu t'y connais! D'ailleurs, ça se voit ...! On dirait que t'es né pour dessiner! C'est pas pour rien que t'as commencé aussi jeune!"

      Son ton joyeux transcrivait toute l'excitation qu'il avait en parlant art avec quelqu'un qui était passioné par le dessin. Ennis était quelqu'un de totalement rationnel, surement un futur économiste, et n'avait pas une âme d'artiste, en cela tous les deux étaient différents. Mais ils aimaient l'arft chacun à leur façon, et ça, ça plaisait au jeune homme .
    avatar
    Malcolm Reeser
    Chocolate Milkshake

    Masculin Nombre de messages : 61
    [ Humeur ] : Onctueuse
    [>> Topics En Cours] : Détente refroidissante (avec Ennis)
    Date d'inscription : 07/06/2008

    Re: Détente refroidissante [libre]

    Message par Malcolm Reeser le Sam 14 Juin - 1:41

    Un arbre, un banc, puis un personnage, un homme même, voilà ce que l’on arrivait à voir sur le dessin de Malcolm dans l’état actuel des choses. Le personnage n’avait pas encore de visage, l’artiste aimait bien faire les visages en dernier… Ou bien ne pas en faire du tout, mais là, il savait, il sentait qu’il allait lui en donner un. Mais avant, il allait s’occuper du reste de l’espace. Il commença alors à mettre en formes plusieurs individus aux contours vagues et mornes, eux non plus n’avait pas de visage dessiné, à la place, ils avaient un effet d’ombre que le crayon de Malcolm rendait un peu triste et monotone.
    Quand il appris que son interlocuteur venait d’Australie, il s’arrêta de dessiner et lança des yeux ronds de surprises et de curiosité ) l’Australien. Il fit de grands effort pour ne pas bombarder ce dernier de questions, mais ne put empêcher son émotion de prendre parole.


    - Woaaa, l’Australie. Ça doit être très différent d’ici…

    Le ton rempli d’envie laissait bien entendre qu’il aimerait beaucoup en savoir plus sur ce pays… ce continent éloigné. Sur les paysages, les villes, les habitants et les animaux, la végétation aussi. Tout cela formait un vrai défilé d’images qui passait dans l’esprit de Chocolate Milkshake. C’étaient des images un peu floues encore, parce que Malcolm les créait lui-même, seulement en prenant en compte ce qu’il savait de ce pays qu’on pouvait, ici, à Edimbourg, qualifier de lointain.
    A y réfléchir, il avait un accent bien différent de celui des autres, mais Malcolm n’était pas suffisamment doué pour reconnaître l’origine de tel ou tel accent, sans compte qu’il n’était pas toujours difficile d’en changer et que, de ce fait, toute déduction serait hasardeuse. Il se demanda pourquoi un Australien faisait ses études ici. Mais il préféra ne pas lui faire par de ses interrogations. Car, après tout, si lui se permettait de poser des questions, rien d’empêchait le jeune homme de lui en poser en retour, et alors, selon les question, Malcolm ne pourrait pas toujours dire la vérité, comme le leur avait conseiller Julian. Le monde n’avait pas besoin de savoir pour leurs particularités, c’était un des points sur lesquels le réparateur de gens s’était révélé le plus insistant. Ne voulant pas le décevoir ni même mentir, il préféra ravaler sa curiosité pour plus tard.
    Mais ce n’était que partie remise, car sa soif d’information trouva quelques fois ses récompenses. Maintenant, en plus de on origine, Malcolm connaissait le prénom de son interlocuteur. Ennis. Il leva les yeux vers lui et déclara avec le sourire:


    - Ennis… OK. Je t’autorise officiellement à m’appeler Malcolm l’artiste si cela te fais plaisir.

    Il continua ensuite à faire son dessin. Dessinant encore des personnes au visage sombres, emplissant peu à peu la feuille de dessin.
    Ses oreilles lui indiquèrent que Ennis était désolé qu’il ait été adopté. Malcolm leva un sourcil et observa le jeune australien. Puis, voyant sa gène, il se décida à lui répondre avec un nouveau sourire, un peu triste mais qui signifiait qu’il n’avait pas à s’en faire.


    - Oh ne le sois pas… Après tout si je n’avais pas été adopté, on ne se serait peut-être jamais rencontré… Et en plus je ne pense pas être malheureux… J’ai l’air si triste que ça ?

    Avec le sourire chaleureux qu’il avait sur le visage, il était quasiment impossible de répondre à l’affirmative. Malcolm était orphelin depuis qu’il avait un an. Alors il ne se rappelait pas vraiment de sa vie avec ses parents, si ils étaient des gens bien et aimant. Il avait toujours vécut avec d’autres enfants adoptés et les adultes qu’il avait connu avaient été généralement très gentils avec lui. Sans oublier Julian qui l’avait fourni en amour paternel, suffisamment pour ne jamais être en manque et pour avoir très rarement pleuré pendant son enfance. Non… Malcolm n’était pas triste d’avoir été adopté.

    *C’est comme ça, et ça me convient.* Voilà ce que le jeune mechanical pensait au fond de lui.

    Le visage toujours serein, Chocolate Milkshake se concentra de nouveau sur son dessin. Peut-être avait-il touché Ennis avec ses mots. Il ne savait pas que les mots « adopté » ou « orphelin » pouvaient provoquer ce genre de malaise… Ou peut-être de la peine. C’était une première fois pour Malcolm, la première fois qu’il disait à quelqu’un qu’il avait été adopté et il ne s’était absolument pas attendu à une telle réaction. Cela lui donna matière à réfléchir tout en dessinant. Mais la voix de Ennis le sortit un peu de ses réflexions et lui rendit un sourire enchanté.

    - Merci. Mais tu devrais attendre de voir ce dessin une fois terminé avant de dire si je dessine bien. Tu sais, un simple détails sur un tableau peut rendre toute la peinture hideuse, voire douloureuse pour les yeux, enfin chez certains… Mais en tout cas, personne ne s’est jamais plein de mes dessins, alors c’est pour ça que je continue. Et puis, ça me permet parfois de me vider un peu la tête… ou le cœur…

    []Il pensait notamment à ses sentiments qu’il ne comprenait pas. A ce qui ressemblait à une douleur au cœur, mais qui n’en était pas une, apparaissant à chaque fois qu’il pensait ou qu’il voyait Emma. La jeune fille à la perle qui lui avait toujours donné une inspiration calme et tout simplement belle…[/i]
    avatar
    Ennis H. Neil
    >> Australian Boy

    Masculin Nombre de messages : 69
    Age : 28
    [ Humeur ] : Far from everything I know ...
    [ Phrase Perso ] : It's better to be hated for what you are than to be loved for you're not.
    [>> Topics En Cours] : ~> Détente refroidissante (Malcolm)
    ~> Cours de philo (Zack)

    Date d'inscription : 25/05/2008

    And Who Are You?
    Relations:
    Catégorie: Edimbourg’s Elite
    Topics: Open =)

    Re: Détente refroidissante [libre]

    Message par Ennis H. Neil le Sam 14 Juin - 21:26

      Ennis regardait toujours avec une attention particulière le dessin de son acolyte. Il était passioné par ses gestes sûrs mais posés, et par le regard qu'il avait sur les choses, qu'il transcrivait sur sa page blanche qui devenait au fur et à mesure bien plus que cela. Elle devenait un langage et une histoire. Et il trouvait ça formidable. En plus, venant de quelqu'un de son âge, qui pourrait être en tous points pareil à lui, sur de lui, rationnel et enfermé dans sa bulle de gosse de riche, mais ce n'était pas le cas ; et pourtant, ils étaient là, ce soir là, sur le même banc, en train de parler la même langue, avec le sourire aux lèvres et une certaine envie de se connaitre.

      Lorsque Malcolm parla de l'Australie, Ennis comprit qu'il devrait en dire plus. Il savait que peu de personnes avaient eu l'occasion de partir là-bas, à l'autre bout du monde. Oui, c'était totalement différent... En tout, et en même temps, il y avait une culture commune. On y parlait aussi l'anglais au quotidien, on y fêtait aussi Noël, on y avait pas mal de coutumes en commun ... Mais en même temps, tout y était différent! Les gens se parlaient tous, l'atmosphère y était plus conviviale qu('ici et les Australien amicaux et fraternels. Là-bas, on avait l'impression que le soleil ne se couchait jamais, ou juste le temps de reprendre des forces pour briller dep lus belle le jour suivant... Et pourtant, Ennis aimait Edimbourg, parce que cette ville avait sa propre ambiance, surement différente de celle de Londres ou des grandes autres villes mondiales , commerciales et autres ... Pour répondre, il leva les yeux vers le spectacle que lui offrait ce début de soirée, regardant les arbres Ecossais et sentant la légère brise caractéristique du pays.

      "En Australie, tu fêtes Noël en T-shirt. Les gens te demandent toujours des nouvelles et sont respectueux, là-bas il y a toujours quelque chose à découvrir, c'est un pays riche de sa culture et de son histoire, il y a beaucoup d'art là-bas, aussi ... Je suis fier d'y avoir grandi ..."

      Bien sur il ne reniait pas son nouveau chez-soi, Edimbourg. Parce que cette ville avait aussi des charmes, il y avait aussi des choses à découvrir, des ruelles à visiter au hasard, où les vieux pavés et les petites maisons avaient leur place. Il aimait le paysage de cette ville, son vent, tout ce qu'il découvrait à chaque instant qu'il y passait. Mais tout y était différent. Les gens ne voyaient pas les choses de la même façon. Si on ne se connaissait pas, on ne se parlerait pas, c'était la règle, ici, qui n'avait pas lieu d'être en Australie. Ici, le froid pouvait glacer pendant l'hiver, le vent geler la peau du visage. mais peut-être était-ce aussi ça, qui faisait le charme d'Edimbourg ? Et puis, il le savait, Edimbourg était conviviale comparée à d'autres villes. La preuve, Malcolm et lui faisaient la conversation alors qu'ils ne se connaissaient pas. Aussi ajouta-t-il :

      "Mais cette ville est magnifique aussi!"

      Et il le pensait, bien que ça soit un changement radical dans sa façon de vivre. D'ailleurs, il rangea les mains dans ses poches, car elles commençaient à avoir de petits frissons. Il avait encore des habitudes à prendre, ici ...

      Très bien, marché conclu" répondit-il toujours avec ce même sourire ravi. Ravi d'avoir fait une nouvelle connaissance, ravi de partager quelque chose avec cette personne, ravi de savoir que cette personne était l'exception dans cette fac om il s'était senti plus ou moins paumé. Bien sur, il avait toujours cotoyé des fils et filles de riches, prétencieux, égoïstes et tout le tintoin, et il avait toujours réussi à leur parler et à même acquérir une bonne réputation. Mais ici, les gens, il leur parlait une fois, et eux ne revenaient pas lui adresser la parole. Peutêtre parce que l'inconnu les effrayait. Il était nouveau, ici. En Australie, il était un habitant intégré et connu de tous ou presque. A la reflexion de Malcolm, il eut un sourire complice:

      "Oh, oui, tu m'as l'air dérangé, dépressif, et malheureux. Fais attention à toi. Enfin, bon, il doit toujours y avoir pire que ton cas quelque part!"

      Il aimait vraiment bien parler avec lui, il jouait la carte de l'humour comme toujours, pour devenir son ami. Il esperait en être digne.

      "Oui, un détail peut tout gâcher, mais c'est subjectif. Le détail que tu trouveras horrible pourra faire le charme de ton dessin à mes yeux. J'attends de voir. Je suis sûr qu'il sera parfait! ... Et puis, s'il te plait pas ... je le récupererai!"

      Un sourire ébouissait son visage. Ouais, il l'aimait bien, Malcolm. En plus, il aimait dessiner pour de belles raisons. Un moyen d'expression. Voilà ce qu'il aimait chez les artistes. Les vrais. Ils dessinaient pour eux, pour s'aider eux-même, transmettre, apprendre de leurs erreurs, partager. Ceux qui faisaient ça pour gagner de l'argent uniquement, n'étaient pas des artistes. Et lui, Malcolm, en était un. Malcolm l'Artiste. Que quelqu'un de plaigne de son travail un jour, ça ne changerait rien à ça : c'était un passioné, un vrai, un grand. Des critiques, il en aurait forcément, parce que le monde était comme ça, les gens aussi, ils avaient besoin de gens à viser. Mais Ennis espérait qu'il passerait au-dessus de tout ça, parce qu'il en valait la peine ...
    avatar
    Malcolm Reeser
    Chocolate Milkshake

    Masculin Nombre de messages : 61
    [ Humeur ] : Onctueuse
    [>> Topics En Cours] : Détente refroidissante (avec Ennis)
    Date d'inscription : 07/06/2008

    Re: Détente refroidissante [libre]

    Message par Malcolm Reeser le Dim 15 Juin - 20:03

    Chacun des traits tracés par Malcolm, Ennis les observait. Voilà ce que le mechanical avait remarqué et cela lui faisait très plaisir qu’on puisse s’intéresser autant à ce qu’il faisait. D’u autre côté, il avait aussi bien envie de voir Ennis en faire autant, mais bon, si l’Australien n’était pas un « artiste comme lui », il n’y pouvait pas grand-chose.
    Quand il entendit la description que le jeune étudiant faisait de son pays, Malcolm ne pouvait s’empêcher d’arrêter de dessiner et de fermer les yeux pour imaginer cela. Un pays où l’on pouvait fêter Noël en T-shirt… Ça semblait tellement différent d’ici, où ne pas fêter Noël en pull revenait à inviter le rhume à envahir son corps. Il s’imaginait aussi en train de parcourir les musée pour découvrir l’art du pays, les musées, les monuments…
    Toutes ces images n’arrêtaient pas de titiller l’imagination de Malcolm. Il baissa les yeux vers son dessin et décida qu’il voulait y mettre une touche australienne, mais il ne savait pas encore laquelle. Il fallait déjà qu’il finisse ce qu’il avait commencé.


    - Ça a l’air d’être un endroit sympa en tout cas, j’espère que je pourrais y aller un jour.

    Voyager… Malcolm aimerait énormément, mais il savait que Julian ne serait pas tout à fait d’accord dans l’immédiat. Déjà qu’en ce moment, pour une raison inconnue à l’esprit du Mechanical, le réparateur semblait s’inquiéter de leurs absences en ville, alors qu’en serait-il pour un voyage à l’autre bout du monde ?
    Il entendit ensuite Ennis dire que Edimbourg était aussi un endroit agréable. Malcolm était assez de cet avis également. Pour lui, c’était un endroit merveilleux, plein de surprises et de mystères, de choses à découvrir, à sentir, toucher, écouter. Pour lui, Edimbourg, c’était déjà un monde entier.


    - Oui… Elle est magnifique.

    Comment qualifier autrement un lieux qui renfermait tant de merveilles ? Une ville où tant de gens circulaient et cohabitaient. Avec des systèmes et des habitudes qu’il n’avait pas ou bien qu’il ne connaissait pas autrement que par la télévision ou les livres. Il avait beau avoir disposé d’un accès à ces medias, c’était bien plus imposant de se promener soi-même en ville où l’on pouvait se sentir si petit. C’était également une sensation que Chocolate Milkshake éprouvait lorsqu’il parcourait les couloirs de la fac ou lorsqu’il se promenait sur le campus. Tant de choses lui étaient encore inconnues ou incompréhensibles, il avait vraiment envie de tout voir, de tout explorer.
    Il baissa de nouveau la tête sur son dessin et finit d’ajouter les personnages sans visages qu’il nommait mentalement les « passants ». Puis, il commença à créer un ciel, avec des nuages dont les formes pouvaient faire penser à tout et à rien.

    Un « marché conclut » lui parvint aux oreilles, il élargit son sourire et hocha la tête de manière affirmative comme pour sceller leur accord. C’était un peu comme si il venait de se faire un ami, son premier à l’université, son premier hors de la villa de Julian. C’était décidément un grand moment, il se sentait apaisé quelque part. Car si avant d’aller à l’université, Malcolm était sûr de se faire des amis, une fois sur place, sa certitude avait perdu un peu de consistance. Car souvent, les autres l’ignoraient, ou bien l’observaient d’une manière étrange que le jeune homme ne pourrait décrire. Quelque part, cela ne lui faisait rien, il voulait le penser. Mais quelque part, cela le dérangeait un peu… Cette impression de ne pas être normal, d’être considéré comme une bête de foire.
    A la fin de sa toute première journée sur le campus, Malcolm était plus sûr que jamais qu’il ne fallait pas que les autres sachent pour la particularité propre à chaque membre de sa famille, la sienne y comprit. Cela lui faisait penser à ces films où les super héros doivent cacher leur identité, leurs facultés spéciales pour ne pas se faire montrer du doigt. Cette situation, il la comprenait, mais jusqu’à ce qu’il sorte de la villa, il ne l’avait jamais ressentie au plus profond de lui.
    C’est pour cela qu’il n’avait jamais vraiment essayé de se faire des amis. Ici, c’était un peu un cas exceptionnel car Ennis était nouveau en ville. Et ce cas exceptionnel, ce cas qui n’était pas ordinaire, Malcolm l’aimait bien. Si bien qu’il ne pouvait s’empêcher de sourire quand il sentait le regard d’Ennis, quand il l’entendait et quand il le regardait. C’était peut-être paradoxal, mais cette rencontre exceptionnel, avec son statu peu commun de mechanical lui donnaient l’impression d’être normal.
    Pire que lui ? Oh oui, malheureusement, c’était possible. Malheureusement, mais heureusement quand même…

    Malcolm fut soudain prit d’assaut par ce sentiment contradictoire. Celui d’être malheureux pour les démunis tout en étant soulagé par leur existence… Quand il restait chez Julian, ces gens n’étaient que des idées, des images à la télés ou des portraits dans des livres ou sur des photos, mais maintenant qu’il fréquenter le reste de monde, il savait qu’il étaient là, qu’il pouvait les voir.
    La phrase d’Ennis avait activé quelque chose en lui. « Il doit toujours y avoir pire que ton cas ». Le jeune homme mécanique s’arrêta de dessiner mais continua d’observer la feuille, les yeux légèrement brillants. Il regardait les « passants », ceux qu’il ne connaissait pas, ceux qui étaient peut-être plus malheureux que lui. Ceux qui n’avait jamais rencontré quelqu’un qui puisse les réparer…
    Ces pensées et ses sentiments perturbèrent un peu le jeune homme au sang chocolaté. Ennis devait certainement s’interroger de son silence et de son attitude. Ne sachant comment se justifier ni même si il le voulait, Malcolm ajouta un détail insolite à son dessin et mit à la place d’un soleil un rouage, comme ceux que l’on retrouvait à l’intérieur d’une horloge ou d’une montre. Un rouage en soleil. Voilà ce qui illustrait tout ce qu’il ressentait en cet instant. C’était en quelque sorte, sa touche purement fantaisiste.

    Chocolate Milkshake resta silencieux le temps qu’il finisse son dessin. Il donna un visage au personnage assis sur le banc et ajouta un koala qui se cachait dans l’arbre au centre de la feuille, l’animal semblait observer le personnage assis.
    Voilà que le dessin était terminé. On pouvait y voir plusieurs individus sans visages qui entouraient une scène centrale. Le ciel était nuageux et le soleil était un rouage. La scène centrale, quant à elle, était composée d’un arbre à la forme reconnaissable qui abritait un koala observant une représentation de Ennis, assis sur le banc et observant les gens qui passaient.
    Malcolm tendit la feuille à son camarade australien et lui demanda avec un sourire timide:


    - Je l’ai fini. Que penses-tu des détails ?
    avatar
    Ennis H. Neil
    >> Australian Boy

    Masculin Nombre de messages : 69
    Age : 28
    [ Humeur ] : Far from everything I know ...
    [ Phrase Perso ] : It's better to be hated for what you are than to be loved for you're not.
    [>> Topics En Cours] : ~> Détente refroidissante (Malcolm)
    ~> Cours de philo (Zack)

    Date d'inscription : 25/05/2008

    And Who Are You?
    Relations:
    Catégorie: Edimbourg’s Elite
    Topics: Open =)

    Re: Détente refroidissante [libre]

    Message par Ennis H. Neil le Mer 18 Juin - 17:13

      Ennis pensait encore à l'Australie, à ses différences avec l'Ecosse, et surtout Edimbourg. Il y avait certes un tas de différences, sinon il ne se serait jamais senti dépaysés, loin de tout. Mais au fond, c'était pareil. Il n'y avait que les habitudes, le quotidien qui changeait. Car le monde qui l'entourait restait le même. Il y avait des gens différents les uns des autres, des enfants, des ados, des jeunes de son âge, des personnes plus âgées... Ceux qui étaient surs d'eux et ceux qui préféraient se cacher des autres, de peur de se faire juger ... Il y avait ceux qui se faisaient juger, et ceux qui jugeaient leur comportement, avec des mots blessants ou plus. Il y avait ceux qui se levaient chaque matin pour aller en cours, névrosés à l'avance par la vie, ou ceux qui sortaient de leur lit parce qu'ils savaient qu'ils n'avaient pas le choix, qui faisaient ça par amour pour leur famille. Il y avait la nuit et le jour, avec les gens qui préféraient l(un à l'autre. Il y avait les gens honnêtes, et ceux qui préféraient cacher une partie de leur histoire de peur d se faire juger. Il y avait ceux qui croyaient en quelque chose, et qui, tous les jours, ouvrait les yeux pour profiter de ce rêve, cet espoir que demain serait meilleur. Le monde était tellement diversifié, mais en même temps, tellement uni dans sa diversité ...

      Lorsque Malcolm parla d'y aller un jour, Ennis y eu un reflexe. Celui d'imaginer Malcolm, à ses côtés, en train de découvrir son pays natal. Car oui, il ne savait pas quand exactement, mais l'étudiant allait retourner dans son chez soi. Et quoi de mieux que d'emmener un ami là-bas, avec lui, pour lui faire découvrir, pour partager du temps ensemble, apprendre à se connaitre ? Il avait l'occasion de lier une grande amitié, et il voyait déja les choses ne grand. Notre Ennis, un peu trop rêveur ? Oui, peut-être. mais c'était la fin de la journée, ça compte, non ?

      " Si tu disais ça à la rigolade, tu vas souffrir quand je vais te trainer de force dans l'avion..."dit-il simplement, toujours avec son humour, pour se faire comprendre. Bien sur il ne forcait personne. Mais il était de ces gens là, qui avairnt de l'espoir et qui tous les jours, se levaient en se disant que cette journée allait lui apporter quelque chose. Et celle-ci lui avait apporté Malcolm ...

      Puis il regarda à nouveau le dessin de son ami. Parce que oui, c'était sur et certain, c'était un ami, à présent. Lorsqu'il dessina son visage, à lui pauvre petti Australien, le jeune homme eu une folle envie de lui dire un grand "merci", mais il n'était du genre à montrer ses émotions comme ça, surtout à une première rencontre. mais il avait compris que leur rencontre le marquait lui aussi, et ça lui arracha un sourire radieux, eh oui, pour changer... Par contre, lorsqu'il dessina un engrenage à la place du soleil, il ne sut pas comment réagir. Surtout après l'instant de silence que son interlocuteur fit. Tout son dessin était réaliste, une scène de la vie quotidienne, et plus précisemment, de ce quotidien actuel. Et là, il y ajoutait de la fantaisie. Après ce silence où Ennis se posait milel questions, il se demanda pourquoi il avait remplacé le soleil par un engrenage. Durant ses études, il avait appris que les dessins, lorsqu'ils étaient faits inconsciemment, taient révélateur de ce que l'individu pensait réellement. Mais quel rapport avec un engrenage d'horloge ? Et à la place du soleil, cela ovulait signifier que "ça" avait une emprise sur sa vie, qu'il ne s'en débarassait pas ?

      Après un moment de silence, comme il n'aimait pas les malentendu et qu'il étair désolé comme jamais , il dit doucement ...

      "Désolée si j'ai dit quelque chose qu'il fallait pas ..."

      Puis Malcolm lui montra son dessin, fini. Il était génial, tout simplement. Si Ennis n'avait pas su dans quelles conditions Malcolm avait fait cet engrenage-soleil, il aurait trouvé ça subtile et raffiné, intelligent et original. Mais là, il avait peur qu'il n'ai montré plus de sa personnalité qu'il ne l'aurait voulu, sans vraiment y faire attention. Alors que répondre ? il ne savait pas vraiment. mais il fût honnête, et impartial.

      "J'adore ton dessin! On voit tout de suite ta marque de fabrique! Et cet engrenage, c'est original, au moins, on le reconnaitra entre cent!"
    avatar
    Malcolm Reeser
    Chocolate Milkshake

    Masculin Nombre de messages : 61
    [ Humeur ] : Onctueuse
    [>> Topics En Cours] : Détente refroidissante (avec Ennis)
    Date d'inscription : 07/06/2008

    Re: Détente refroidissante [libre]

    Message par Malcolm Reeser le Ven 20 Juin - 20:05

    Visiter l’Australie… Qu’est-ce que ce serait bien. Malcolm n’avait jamais vraiment voyager. Mais il aimait beaucoup visiter de nouveaux endroits, découvrir le monde. Il savait bien qu’une vie entière ne serait jamais suffisante pour explorer chaque recoin de la planète et pour percer ses secrets. Aller en Australie revenait à change de continent et même d’hémisphère. Chocolate Milkshake avait même un peu de mal à imaginer. Mais il fallait dire qu’il se demandait surtout si c’était possible. Il savait que Julian n’était jamais rassuré lorsqu’ils sortaient en ville. Alors si la distance qui les séparait était plus importante, comment le réparateur de gens réagirait ? Malcolm n’en savait rien. Déjà, il avait du mal à comprendre les inquiétudes de son père. Et puis, il savait qu’un tel voyage reviendrait cher. Julian n’était pas connu pour être quelqu’un de radin, mais les problèmes de mathématiques qu’il leur avait donné leur avait également apprit la valeur de l’argent et la notion d’économie. En gros, peut-être qu’il ne pouvait pas se le permettre. Mettre Julian dans une situation difficile que ce soit sur le plan financier ou autre ne plaisait pas du tout à Malcolm.
    Néanmoins, il était obligé d’avouer que l’idée de partir visiter ce pays avec Ennis l’enthousiasmait énormément.


    - Je crois que je me laisserai torturer alors…
    Répondit-il en suivant le ton humoristique que l’Australien avait donné. Le mechanical était vraiment heureux de pouvoir rire et blaguer avec une personne extérieure à la villa de Julian. Il aimait certes beaucoup ses « frères et soeurs » mais ici c’était vraiment différent. Il parlait avec une personne dont il ne connaissait pas grand-chose, avec qui il n’avait jamais vécu, contrairement aux autres protégés qu’il connaissait quasiment depuis toujours.

    Malcolm savait bien que mettre un engrenage sur ce dessin était complètement stupide en apparences. Déjà, pour quelqu’un de « l’extérieur », cela n’avait aucun sens. Et puis cela faisait directement référence au fait qu’il avait été réparé, qu’un mécanisme a été inséré en lui. Mais sur le papier, l’interprétation pouvait être lue de manière différente selon les personnes. Et puis il n’était pas obligé d’en révéler la vraie. En plus, un engrenage, ça avait plein de significations possibles. Le processus, la réflexion… Malcolm ne l’aurait peut-être pas mis si les propos de Ennis ne lui avaient pas inspiré une telle réflexion. Placer l’engrenage parmi les nuages avait également un sens…
    Mais de toute évidence, Ennis avait remarqué que le mécanique était un peu perturbé et s’excusa. Malcolm releva la tête et lança un regard un peu étonné, puis réconfortant.


    - Tu n’es pas obligé de t’excuser, tu n’as rien dit de mal… C’est seulement moi qui suis "bizarre".

    Bizarre… Un mot qu’il avait souvent entendu sur son passage à l’université. Il jeta un regard aux alentours et vit une de ces filles, très jolie, très « bien » habillée et très beaucoup maquillée. Elle discutait avec ses amies à voix basse tout en l’observant. Se rendant compte qu’il la regardait, elle eut des yeux ronds et toutes les autres regardèrent Malcolm d’un même regard, puis, d’un pas uni, elles s’en allèrent en reprenant leur discussion avec ferveur.

    - Y en a qui doive penser que c’est contagieux.

    Chocolate Milkshake recueillit les commentaires de Ennis avec un sourire radieux, il était content que son dessin plaise. Et apparemment, leur rencontre faisait aussi plaisir à l’étudiant, du moins c’était ce que Malcolm déduisit de l’expression du jeune homme en voyant le dessin.
    Le jeune mechanical leva la tête et vit qu’il était assez tard, il regarda sa montre et constata qu’il était bientôt l’heure pour lui de rentrer. Non pas que Julian ne les emprisonnait, mais à partir d’une certaine heure, il aimait bien savoir avec une précision extrême où se trouvaient tous ses protégés (et oui, il n‘était pas encore habitué à les savoir dehors).
    Malcolm se leva et prit son sac.


    - Excuse-moi, mais il va falloir que je rentre. Mais on se verra demain, je pense... J'espère.

    Un peu maladroit comme départ, mais il fallait dire que Malcolm n’était pas très habitué… Amicalement, il tendit la main vers Ennis pour lui dire au revoir, et aussi pour sceller ce début d’amitié.

    Contenu sponsorisé

    Re: Détente refroidissante [libre]

    Message par Contenu sponsorisé


      La date/heure actuelle est Lun 23 Oct - 23:48